LES 650 MOTS QUI ONT CONCRÉTISÉS UN RÊVE TANT DÉSIRÉ DEPUIS 2000 ANS

Share on facebook
Share on whatsapp
Share on email

Martin Kohan, Rosh Hinouh Hanoar Hatzioni B’Argentina

C’est le 70e anniversaire de ce texte incroyable, qui a changé le cours du peuple juif, un
texte avec lequel David-Ben Gurion est entré dans l’histoire en seulement 20 minutes,
mettant fin à tant d’années d’exil. Les jours précédents, cependant, n’ont pas été faciles.
Des discussions ardues ont eu lieu au sein du ‘»Conseil national» pour savoir s’il fallait ou
non déclarer l’indépendance de l’Etat juif imminent, et surtout, jour et nuit, sur les mots
qui devaient être prononcés à ce moment tant attendu. La polémique s’est terminée
lorsque Ben Gurion a décidé de rentrer chez lui avec le texte et d’y apporter ses propres
corrections. Le lendemain, 5 Iyar 5708 à 13h45, les membres du Conseil national se sont
réunis au siège du Keren Kayemet-Le Israël à Tel Aviv et après quelques délibérations ont
finalement approuvé le texte historique. Le même jour, à 16h00 dans le hall principal du
Musée de Tel Aviv, David Ben Gurion a lu le document établissant l’Etat d’Israël. Cette
proclamation explique avec des arguments bibliques, historiques et juridiques le droit
d’existence du peuple juif dans un Etat souverain en Terre d’Israël, ainsi que leurs actions
devant les citoyens. «Megilat Haatsmaout» (la «Déclaration d’Indépendance»), est ainsi
devenu l’un des documents les plus importants pour Israël et le peuple juif. D’où
l’importance, pour tous les haverim de l’Hanoar Hatzioni de le connaître. Dans cet article,
j’aimerais soulever plusieurs questions qui sont présentées dans ce document pour les
relier à l’idéologie de notre Tnoua, le Darkenou.

ISRAËL, LA PATRIE NATIONALE DU PEUPLE JUIF.

La Déclaration d’indépendance d’Israël stipule que : » L’État restera ouvert à l’immigration
juive et à un melting-pot de diasporas, et appelle tous le Peuple dispersé dans le monde
entier à se rassembler autour des Juifs d’Eretz Israël, et à les assister dans le travail
d’immigration et de construction.

En tant que Tnoua, “nous considérons l’Alya en Israël, comme la plus grande et la plus
profonde expression concrète du judaïsme et du sionisme. Il existe diverses raisons qui
peuvent pousser une personne à faire son Alya: éducation, économie, politique, sécurité
personnelle, etc. Medinat Israël a été érigé comme le foyer national de tous les juifs, par le
simple fait de l’être, peu importe la cause de l’Alya. Mais pour nous, la cause la plus noble
de l’Alya est le résultat du processus éducatif et idéologique qui suscite une identification
individuelle avec l’idée sioniste: la Hagshama Atsmit.” (Darkenou, pages 13-14).

ISRAËL, UN ÉTAT QUI PROMEUT L’ÉGALITÉ DES DROITS

Par cette charte, l’État d’Israël s’est engagé à accorder et à respecter les droits des
minorités, en accordant la pleine égalité sociale à tous ses citoyens.

En Israël, il existe plusieurs groupes minoritaires, soit au sein de la «majorité juive»
(Éthiopiens, Latinos, etc.), soit au sein du secteur «israélien non-juif» (Arabes israéliens,
musulmans ou chrétiens, bédouins, druzes, etc.) Il convient de souligner la présence de
nombreux travailleurs étrangers et réfugiés qui, bien qu’ils n’aient pas la citoyenneté, ont
un impact significatif sur la dynamique sociale israélienne. Même si Israël essaie de leur
garantir ces droits, les groupes minoritaires protestent en affirmant qu’il existe toujours un
écart important entre l’objectif d’atteindre la pleine égalité avec leurs concitoyens juifs et
la réalité dans laquelle ils vivent. Malheureusement, même après 70 ans, les graves
problèmes d’intégration et de marginalisation sont un dénominateur commun pour
beaucoup de ces minorités.

En tant que Tnoua et “selon notre vision du monde, le système démocratique de
gouvernement est celui qui reflète nos idées et nos valeurs. Elles nous guident dans notre
lutte pour l’égalité des droits de tous les citoyens du pays, sans distinction de croyance,
d’appartenance ethnique, de sexe et/ou d’orientation sexuelle, de statut économique et de
possibilités physiques et intellectuelles. En ce qui concerne la société israélienne : qu’elle
soit tolérante et qu’il n’y ait pas d’injustice envers les différents groupes qui la composent.”
(Darkenou page 16).

ISRAËL ET LA PAIX AVEC NOS VOISINS ARABES

L’appel à la paix avec nos voisins arabes fait partie intégrante de cette déclaration :
“NOUS TENDONS la main de l’amitié, de la paix et du bon voisinage à tous les Etats qui
nous entourent et à leurs peuples. Nous les invitons à coopérer avec la nation juive
indépendante pour le bien commun de tous. L’Etat d’Israël est prêt à contribuer au progrès
de l’ensemble du Moyen Orient. ” Ici, nous voyons clairement comment l’État s’engage et
offre un accord de paix et de bon voisinage avec tous ses voisins arabes.

De même, nous, haverim de l’Hanoar Hatzioni, aspirons à la paix tant attendue, non
seulement en raison de l’importance en soi de cette valeur, mais aussi parce que nous
croyons que celle-ci “deviendra une garantie pour la sécurité des citoyens israéliens et
permettra de mieux protéger les droits de l’Homme.” (darkenou page 16).

ISRAËL, UN ÉTAT JUIF ET DÉMOCRATIQUE

L’État d’Israël doit être un État juif et démocratique, comme ce document le laisse
entendre. Bien que cela puisse sembler une tâche simple, la grande variété de groupes
ethniques au sein de la société israélienne a conduit à un débat constant sur ce que
devraient être l’image et le caractère de notre État, en particulier par rapport à ces deux
éléments centraux. C’est pour cette raison que ces groupes ont créé des modèles différents,
où les degrés de présence de ces éléments varient en fonction de leur conception du
monde et de leurs valeurs. Quelques exemples :

«État de la Torah»i , «État culturel national»ii, «État religieux national»iii, «État du peuple
juif»iv ,»État juif»v et «État de tous les citoyens»vi .

A l’Hanoar Hatzioni, nous croyons que : “Sur la base de l’idée fondamentale selon laquelle
Israël est la patrie nationale du peuple juif, fondée sur les valeurs transmises dans sa
Déclaration d’Indépendance, l’état aura deux piliers fondamentaux : juif et démocratique.
Ces piliers sont d’égale importance et représentent la richesse des valeurs et héritages juifs
ancestraux. Nous considérons qu’Israël doit conserver son caractère d’État juif parce que
c’est la raison de sa création et de son existence. C’est en Israël que se développe une vie
juive comme norme, basée sur le calendrier hébreu, utilisant l’Ivrit comme langue
officielle, le Shabbat comme jour de repos hebdomadaire, une partie de nos lois se basent
sur l’esprit de notre création ancestrale en tant que peuple, ainsi que les symboles
nationaux. En outre, nous exigeons que l’État garantisse la libre pratique du culte pour
tous ses citoyens. En nous basant sur notre perspective humaniste, nous considérons que la
croyance relève du domaine intime de chaque citoyen. Compte tenu de la situation
particulière du peuple juif et conformément à notre foi dans le régime démocratique, nous
considérons la séparation entre la religion et l’État comme un impératif, deux sphères
importantes qui doivent agir séparément.” (darkenou pages 16-17).

EN GUISE DE CONCLUSION

En 1948, il y a déjà sept décennies, les paroles de David Ben Gurion ont officialisé le
retour de notre peuple dans notre patrie historique en tant qu’État souverain. Le judaïsme
a initié à partir de ce jour l’étape de l’israélo- centrisme. Israël est devenu le centre
matériel, national, spirituel et culturel du peuple juif. Yom Haatsmaout est pour nous une
occasion incroyable au sein de Tnoua, de repenser certains aspects du passé, d’établir des
liens et de nous confronter avec le présent, et de nous lancer de nouveaux défis pour
l’avenir en tant que mouvement de jeunesse juif-sioniste. Profitez-en au maximum !
Yom Ouledet Sameah Medinat Israël ! Lehaïm pour ces 70 ans, et ceux à venir !


i Cette position soutient un État théocratique basé sur les lois de la Torah et les lois rabbiniques. Les citoyens juifs de l’État doivent respecter les mitsvot, et ils ne sont pas d’accord avec l’idée d’un système de gouvernement démocratique.
ii Cette idée propose un Etat dont le caractère est basé sur la culture et le patrimoine juifs. Un État sioniste laïc où les citoyens juifs sont majoritaires. Ils préconisent une séparation complète entre la religion et l’État, avec des lois modernes et démocratiques. Le judaïsme dans cette idée de l’État se refléterait à travers ses symboles nationaux, ses contenus éducatifs, proposant que l’accomplissement des préceptes bibliques soit une décision individuelle.
iii C’est une idée plus modérée d’un État juif, dans lequel les lois de la Torah sont sa base. Ils croient qu’il est possible de lier la démocratie et la religion. Les lois rabbiniques seraient centrales, mais accorderaient la pleine égalité sociale aux citoyens israéliens.
iv Cette proposition parle de l’État d’Israël comme un centre spirituel qui s’étend à toutes les communautés juives. Pour cela, il faut
développer un lien important avec la diaspora, en absorbant et en aidant chaque juif intéressé à former sa vie en Israël. La Knesset doit tenir compte des besoins des communautés juives lorsqu’elle définit les lois de l’État.
v Cette idée soutient qu’Israël doit exister avec une majorité juive. Ils sont contre l’idée d’influencer et d’inciter le concept d’Alya dans le monde juif, ceux qui veulent vivre en Israël seront protégés par la loi du retour. Les fondements de cet État seront la démocratie et la laïcité, avec des droits égaux pour les citoyens. Ils pensent que la religion est un domaine personnel.
vi L’État est une identité politique, les concepts de nation et de religion sont séparés. Ils proposent une démocratie à part entière pour tous. Ils croient que le sionisme a déjà atteint son objectif avec l’indépendance, et qu’à partir de ce moment, l’État appartient à ses habitants. Ils ne sont pas en faveur de l’Alya et veulent un État binational.

Leave a Replay

Sign up for our Newsletter

Ir al contenido
A %d blogueros les gusta esto: